Découvrez le Japon hors des sentiers battus

Zoom interculturel

Décryptage de la campagne Cool biz

Image : le furin, une cloche à vent qui annonce le souffle d’une légère brise bien appréciée dans ces temps de fortes chaleurs au Japon

         Aujourd’hui je vais vous parler d’une mesure prise dans le monde du travail au Japon. Je vais tenter de la décrypter et vous dire à quel point elle est suivie à Toba.

 

J’ai nommé : Cool biz (クールビズ)

Cool biz, quésaco

Cool biz, est une campagne du Ministère de l’environnement japonais lancée en 2005 afin de limiter la consommation d’énergie en été. En donnant un nom anglais à cette campagne, le gouvernement a misé sur un vent de nouveauté. Le choix de cool est sans doute pour le jeu de mot entre cool, ressentir la fraîcheur et cool, être relax. 

Ensuite derrière le mot biz il faut voir l’abréviation de business, le monde des affaires.

Cool biz s’adresse donc aux travailleurs.

 

Plus concrètement cette campagne donne des recommandations afin de ne pas fixer la température des climatiseurs à moins de 28 degrés celsius et cherche à relâcher la pression vestimentaire au travail.

 

L’été au Japon

Une précision est nécessaire et concerne l’été au Japon. L’été est chaud mais aussi humide. Vous avez peut-être déjà entendu dire qu’au Japon l’été est particulièrement difficile à supporter.

 

Pour que cela soit plus concret, il faut vous imaginer transpirer constamment même quand vous ne bougez pas. Votre peau colle et vous vous sentez tout « mou » (et misérable!) sous l’effet de la chaleur. Vous voulez faire du sport ? Oubliez de le faire dehors ou alors levez-vous plus tôt le matin, par exemple à 4h ou 5h pour profiter de températures supportables.

 

Dans ce contexte, on comprend peut-être un peu mieux pourquoi au Japon, les climatiseurs sont légion. Ce n’est pas seulement dans les magasins et les hypermarchés. Chaque maison est équipée d’un climatiseur. Même dans des maisons traditionnelles comme la résidence Kadoya de Toba, dont certaines parties ont été construites en 1825, on trouve des climatiseurs dans les pièces. 

 

Image : résidence Kadoya, vue depuis le jardin interne

Et le code vestimentaire ?

Le grand classique de la campagne cool biz est l’abandon du costard cravate pour les hommes. Car oui au Japon il y a une certaine attention portée à la manière de s’habiller dans le monde professionnel.

 

Il y a des règles à suivre concernant sa tenue et le koromogae (衣替え, ころもがえ), le changement de tenue) est un bon exemple. Ce changement a lieu en juin (tenue d’été) et en octobre (tenue d’hiver).

Si dans les écoles l’uniforme change complètement, dans le milieu professionnel c’est surtout la longueur des manches et la présence d’une veste ou non qui est le plus représentatif.

MANCHEs LONGUes

        長袖             

MANCHES courteS

   半袖     

Ensuite il y a des règles tacites, que l’on apprend par mimétisme et que je vous partage. 

Les codes vestimentaires sont très différents entre femmes et hommes。      

 

Peu de couleurs sont possibles chez les hommes autre que bleu et noir, gris et puis il y la sacro-sainte chemise blanche de rigueur. Jamais de tee-shirt, mais un haut à l’effigie de son service ou un vêtement professionnel.

 

Pour les femmes on évitera les couleurs vives, pas de débardeurs, on jouera sur un ensemble de haut aux manches bouffantes ou non. Les jupes, elles, ne sont jamais au-dessus des genoux.

 

L’environnement et le type de travail sont également importants. J’ai la chance d’être dans un service vu par les autres comme relax ; c’est ce que je décrivais un peu dans ma journée de travail à mon arrivée. Mais dans d’autres services, chez les hommes, porter un costard cravate est par exemple tous les jours requis.

 

L’intérêt de cool biz

Avec cette campagne, le ministère a voulu faire des économies d’énergie mais aussi impulser un style plus décontracté au travail. Je dis impulser car nous sommes au Japon et qui dit changement dit opportunités en affaires.

 

C’est ce qu’ont vu les entreprises de vêtements pour produire une gamme de tenues affichant des chemises décontractées. Par exemple la chemise d’Okinawa kariyushi (かりゆしウエア) est devenu a la mode (par contre les fabricants de cravate ont dû avoir quelques sueurs..chaudes).

 

Voici deux dessins de la tenue cool biz    

      version femme           

version homme 

Comment cette campagne a été suivie ?  Elle dévoile certains aspects culturels à mon sens intéressants.     

Entre annonce officielle et réalité du terrain social

Un assouplissement des règles vestimentaire semble à première vue aller dans le sens d’une vie au travail plus agréable, donc on s’imagine que la campagne a été massivement suivie. Et bien dans les faits, après deux ans de campagne on observe toujours un décalage important entre le nombre de personnes qui connaissent la campagne 91.2% et ceux qui l’appliquent 46.6%1.

 

Même une annonce, aussi officielle soit elle, sera suivie avec beaucoup de précautions et de défiance au préalable du fait de la pression sociale. On peut avoir l’image d’un pays qui suit à la lettre ce que lui dit son gouvernement et bien détrompez-vous. 

 

Au Japon, si l’on est d’accord sur la nécessité d’avoir la même règle au sein de son groupe, on veut difficilement être la première personne à s’affranchir de la règle. C’est pourquoi les personnalités politiques ou  les personnes publiques en s’habillant en tenue cool biz ont montré la voie et la « campagne » a été vraiment nécessaire pour que cette pratique soit suivie. On peut parler de succès lorsque 46% de personnes appliquent cool biz en 2007.

 

Pour vous donner un autre exemple concret sur ce rapport à la règle je peux faire un rapprochement avec le port du masque (ou la prise de congés que j’ai évoqué dans cet article )

 

Sur le port du masque, quand le gouvernement français a annoncé que le 17 juin 2021, le masque n’était plus obligatoire à l’extérieur, le lendemain de l’annonce, une grande majorité des personnes avaient « tombé le masque » (pas tous quand même). Au Japon, en mai 2022, lors d’une conférence de presse, le secrétaire général du Cabinet Matsuno Hirokazu, qui est le porte parole du gouvernement, a conseillé « d’enlever le masque en extérieur si l’on respecte les deux mètres de distance avec les autres personnes »2  . Donc les Japonais savent qu’il n’est pas obligatoire. Pourtant on continue de le porter quand bien même il fait des températures atroces ! Il y a des exceptions, car il y a bien des personnes qui ne portent pas de masque à l’extérieur mais ce que je veux expliquer c’est qu’il ne suffit pas d’affirmer publiquement que les gens ont le droit. Parce que la pression sociale du groupe est très forte, le gouvernement doit montrer l’exemple et mener des campagnes pour promouvoir le droit des personnes à juste exercer leur droit !

 

Quel avenir pour cette campagne

Depuis son lancement, la campagne cool biz a inspirée d’autres pays et organisations jusqu’aux Nations unies, en 2008, avec la campagne Cool UN3 .

 

Au Japon, la campagne « super cool biz » a été lancée en 2012. Elle donne encore un peu plus de souplesse au niveau vestimentaire (cf ci-dessous le tableau officiel du Ministère de l’environnement en terme de recommandations vestimentaire)

Recommandations sur le port des vêtements Cool Biz au Ministère de l’environnement 4

 Cool bizSuper cool biz
Pas de cravate
Pas de veste(○)
Chemise manche courte
Chemise traditionnelle d’Okinawa(○)
Polo×
Chemise hawaïenne×
Tee-shirt×
Marcel××
Pantalon chino(○)
Jean×
Short××
Sneakers×
Chaussures ouvertes×
autorisé
×non autorisé
(○)autorisé occasionnellement
autorisé avec modération en fonction du contexte.

La campagne cool biz est populaire au Japon mais il persiste un décalage entre les règles de cette campagne et leur application.

 

Quand on observe à grande échelle les comportements d’une société ou d’un groupe, on voit  que plus une règle est suivie, plus elle se renforce, et inversement. Les règles même écrites sont en constante négociation par les membres de la société 5 .

 

En avril 2020, Le ministre à l’initiative de la campagne cool biz, Koizumi, a affirmé, en complet veston,  qu’il était important que chaque personne s’habille en fonction de la température et non en fonction de la période de l’année. En accord avec cette déclaration, le ministère de l’environnement a finalement décidé d’arrêter la campagne cool biz et (son opposé warm biz pour l’hiver) mettant fin à la campagne du gouvernement quinze ans après son lancement6 .

 

L’expression cool biz, en revanche, a encore des beaux jours devant elle.

Sources:

(1) Point 1 et point 3 de l’enquête réalisée par le cabinet du gouvernement chargé des relations publiques auprès de 3000 participants en 2007.  ()

(2) Article, The Japan Times, 11 mai 2022 ()

(3) Site des Nations-unies, 7 octobre 2008 ()

(4) Recommandations sur le port des vêtements Cool Biz au Ministère de l’environnement ()

(5) Nicholas Onuf, World of Our Making. Rules and Rule in Social Theory and International Relations, Charleston, 1989, p. 129 ()

(6) Annonce de TV Asahi, 1 avril 2020 ()

Autres articles

évènement

L’organisation d’évènements professionnels au Japon

Rapport au temps, culture de groupe, attention à la présentation ou encore le rôle joué par la hiérarchie, voici quelques anecdotes interculturelles sur des différences que j’observe en termes d’organisation.
explications

Louer un futon avec un service de kashibuton

Quand on vit au Japon, le futon est un incontournable. Ce que l'on sait moins c'est qu'il existe un service appelé kashibuton pour louer un futon pendant une période qui peut aller de juste une nuit à plusieurs années.
excuses

Avec mes plus sincères excuses

S’excuser au Japon est une chose banale. Ce n’est pas un signe de faiblesse assimilable à la reconnaissance d’une faute personnelle, au contraire, cela montre que vous maîtrisez les codes sociaux et la conversation.